Programme

Sessions 2022 - 2023

Entrer dans le champ des psychoses

Les séances du PPA pour l’année 2022 -2023 seront à nouveau en présence.

« Le Psychotique a sur vous [le névrosé] ce désavantage, mais aussi ce privilége de s’être trouvé placé par rapport au signifiant un tout petit peu de travers, de traviole »  [Sém. III p.362.]

C’est ainsi, à la dernière page du séminaire III que Lacan emploie cette formule atténuée et familière pour situer le rapport du psychotique au langage…   »de traviole« . En fait, le langage lui serait extérieur,  pourtant le psychotique parle, et même quelquefois mieux que le névrosé qui habite le langage alors que le psychotique est habité par le langage, traversé, comme un hôte étranger. Il est possédé, ça n’arrête pas dans sa tête comme en témoigne le Président Schreber dans ses Mémoires.
Freud démontre qu’il ne convient pas de penser le psychotique comme un être en proie à un déficit.

Le terme de « psychose« , introduit en 1845 par le psychiatre autrichien Feuchtersleben remplace celui de «  folie » et définit la maladie dite mentale dans une perspective psychiatrique.
Freud considère que l’étude de la psychose dévoile comment fonctionne l’inconscient, ce que le névrosé garde secret.

Quelle est la position de Lacan face à la psychose ? Si pour Freud, la porte d’entrée de la psychanalyse est celle de la névrose, pour Lacan, au contraire, elle sera celle de la psychose avec le thème de sa thèse de doctorat en médecine et l’exposé du fameux cas « Aimée ».
Pour Lacan, la psychose n’est pas un déficit, mais plutôt une liberté de création. Le champ des psychoses doit être considéré dans la perspective de l’être parlant et l’homme comme tel a à faire avec la folie. « Le phénomène de la folie n’est pas séparable du langage pour l’homme » (Écrits, p.166)
C’est le langage qui rend l’homme fou, tout homme est fou en tant qu’être parlant. Fous, mais pas tous de la même façon.

Avec la clinique borroméenne de la dernière partie de son enseignement, Lacan met l’accent sur la force de l’invention de chaque parlêtre, pour trouver sa solution propre, qu’il qualifiera de « sinthomatique » jouant avec le mot symptôme, faisant de celui-ci le pivot de la construction singulière de chacun.

Avec la clinique contemporaine, les psychanalystes rencontrent de nouvelles formes de dénis de l’inconscient qui marquent la subjectivité de l’époque.

Séance de rentrée

samedi 26/11/2022

 

Pour l’année 2022/2023

Nous retrouvons la grande salle du bâtiment de l’accueil

(Merci d’arriver à 9h précises pour ne pas gêner le début de la présentation clinique)

 

Centre hospitalier de Montfavet
Avenue de la Pinède
84143 Avignon

Calendrier

  • 26 novembre 2022
  • 10 décembre 2022
  • 14 janvier 2023
  • 11 février 2023
  • 25 mars 2023
  • 15 avril 2023
  • 13 mai 2023
  • 24 juin 2023

L'équipe

  • Jacques-Alain Miller
  • Anita Gueydan
  • Anita Gueydan
  • Stéphanie Morel
  • Claire Poirot-Hubler
  • Julia Richards
  • Jean-Paul Guillemoles
  • Michèle Anicet
  • Christelle Arfeuille
  • Valérie Bussières
  • Elisabeth Doisneau
  • Aline Esquerre
  • Jean Marie Tassel

Des conférenciers seront invités

les matinées de travail

Déroulement

  • Présentation clinique assurée par Anita Gueydan et Julia Richards
  • Construction du cas assuré par les enseignants
  • Séminaire théorique et clinique assuré par les enseignants
  • Ateliers cliniques de lecture animés par les enseignants associés et les participants

 

8 matinées de travail mensuelles de 9h à 13h

Thèmes des années précédentes

2019 - 2020

LE RÊVE QUI RÉVEILLE

2020 - 2021

LA VIOLENCE

2018 - 2019

LE TRAUMA

2017 - 2018

Les concepts analytiques

de Freud à Lacan éclairé par l’enseignement de J.A Miller

2016 - 2017

Le trou du regard

Je ne vois que d’un point mais dans mon existence, je suis regardé de partout

2015 - 2016

Le partenaire amoureux

En quoi fait-il symptôme ?

2014 - 2015

La femme est un rêve de l’homme

2013 - 2014

Tout le monde est fou

2012 - 2013

Le corps, partenaire du sujet 

2011 - 2012

Le Père déshabillé par la psychanalyse 

2010 - 2011

Les objets (a) dans l’expérience analytique